En voyage avec votre bout de chou

Bébé n’a que quelques mois mais il est déjà assez grand pour voyager. Vraiment ? Malgré le stress de l’organisation et les valises pleines à craquer ? Oui. Tijl De Bock, Creative & Content Specialist chez Neckermann, nous démontre que les plus petits n’échappent pas à la règle : changer d’air et se dépayser quelques jours est un moyen idéal pour se détendre.

Choisir sa destination

La réussite de votre voyage avec Bébé dépend fortement de ce choix. Privilégiez les destinations :

  • Avec un climat tempéré (surtout si Bébé a moins de 18 mois, en raison des risques de déshydratation dus à la chaleur).
  • Avec maximum 3 heures de décalage horaire (pour ne pas perturber son rythme).
  • Pas trop lointaines avant 2 ou 3 ans. Par la suite, vous pouvez partir plus loin si la destination ne nécessite pas de vaccinations et n’est touchée ni par la malaria ni par un risque élevé de gastro-entérite.
  • Qui ne nécessitent pas de passeport (à vérifier sur http://diplomatie.belgium.be)

Embarquement « immédiat »

Avant 6 semaines, pas d’avion, même pour une courte distance. Les poumons de Bébé ne supportent pas toujours bien la pression atmosphérique. 

Le regard de votre enfant lorsque l’avion décollera… vous en rêvez et vous le redoutez, parce que le trajet sera malgré tout, à ses yeux, trop long ? Laura, maman de Juliette (1 an), témoigne : « Six mois après l’accouchement, en mai, nous sommes partis en Espagne. Pas trop chaud, super reposant et économique puisqu’avec un bébé on peut partir en dehors des vacances scolaires ! ».

Le top 5 des destinations en avion « enfants admis » (4 heures de vol max) ?

  1. Minorque (Baléares)
  2. Antalya (sud-ouest de la Turquie, côte méditerranéenne)
  3. Majorque (Baléares)
  4. Gazipasa (sud-est de la Turquie, golfe d’Antalya)
  5. Costa de Almeria (côte sud-est de l’Espagne)

Sans oublier les îles grecques. 

A l’autre bout du monde ?

Pour les longs courriers, attendez 10 mois. Caroline, maman d’Arthur (1 an), a toutefois présenté son bébé aux Etats-Unis alors qu’il n’avait que 8 mois : « Nous avons réservé un vol de nuit… mais Arthur a pleuré pendant 4 heures. Plus jamais ça ! La prochaine fois, nous partirons le matin, pour ne pas empêcher tout le monde de dormir… ». 

Si vous partez vraiment à l’aventure, vérifiez les vaccinations avec votre pédiatre et, sur place, veillez à bien hydrater Bébé (en proscrivant l’eau du robinet). 

Zen avant l’embarquement

Neckermann vous conseille de réserver vos places dans les rangées idéales pour voyager avec un tout-petit : de la 5e à la 10e rangée. Pour un long courrier, envisagez une escale pour allaiter dans de meilleures conditions, voire simplement souffler.

Mais la règle n°1 pour un voyage serein est simple : soyez vous-même détendu(e) et de bonne humeur en arrivant à l’aéroport. Votre attitude influencera celle de Bébé. Si vous habitez loin ou décollez au petit matin, passez la nuit dans un hôtel à proximité de l’aéroport. Peut-être aurez-vous la chance de voyager avec une compagnie dont les équipes ont reçu une formation spéciale pour assister les voyageurs avec un bébé. 

Enfin, profitez de l’embarquement prioritaire proposé par la majorité des compagnies pour les parents avec bébé, vous vous installerez ainsi à votre aise.

Chouette, je vole !

Vous êtes zen. Pour le rester un maximum durant le vol :

  • Faites boire Bébé et/ou proposez-lui la tutute lors du décollage et de l’atterrissage, synonymes de mouvement, de bruit et de changement de pression atmosphérique (aïe, les oreilles !). Histoire de le distraire et de réguler sa pression auriculaire grâce à la déglutition. 
  • Prenez 3 ou 4 langes supplémentaires dans votre bagage à main. Précieux en cas de retard.
  • Prévoyez un nouveau jouet pour attirer son attention si besoin. Pas trop petit, pour ne pas le perdre s’il tombe.
  • Et, surtout, ignorez les regards irrités des autres passagers… Tirez-leur la langue, ça détendra l’atmosphère !

Vous préférez la voiture ?

Le doudou bien caché en-dessous des valises, Bébé qui hurle « sans raison apparente »… On en sourit aujourd’hui, mais pas sur le coup. Quelques conseils simples permettent de ne pas transformer le voyage en enfer et d’arriver (à peu près) frais et dispos sur son lieu de villégiature :

  • Roulez plutôt en soirée ou de nuit, en tout cas quand Bébé s’apprête à dormir : il sera plus paisible et ressentira moins le stress du voyage. Avec des pauses régulières, hors du siège-auto.
  • Habillez Bébé avec des vêtements légers : la température dans l’habitacle peut être variable (évitez de mettre l’air conditionné à fond).
  • Faites-le boire régulièrement et ne zappez pas les pauses.
  • Installez Bébé dans un siège-auto agréé, à sa taille… et ne le prenez jamais sur vos genoux !

Et pourquoi pas les sports d’hiver ?

Si vous aimez la montagne, il y a de grandes chances que votre chérubin l’aime aussi. Quelques conseils toutefois :

  • Ayez toujours des gouttes de solution saline à portée de main : en altitude, la pression atmosphérique n’est pas la même (d’où des maux d’oreilles) et les virus (rhumes, etc.) sont plus méchants.
  • Evitez d’aller à plus de 2 000 mètres d’altitude avec un enfant de moins d’un an, il risque de se sentir oppressé par le manque d’oxygène. Ou prévoyez une acclimatation de 4 jours entre 1 000 et 2 000 mètres.
  • Crème spéciale hiver, lunettes et chapeau sont de mise : les yeux et la peau de Bébé sont hypersensibles au soleil hivernal éclatant et aux rayons UV plus intenses.
  • Les extrémités (mains, pieds, oreilles) doivent rester bien au chaud, parce qu’un bébé qui bouge moins se refroidit plus vite.
  • Bébé doit boire régulièrement et ses lèvres doivent être nourries avec un baume : l’air froid, plus sec, accélère la déshydratation.