Indépendante et deux fois maman : l’équilibriste

Eveline (31 ans) et Wim (39 ans) s’investissent pleinement dans leur magasin de décoration d’intérieur tout en prenant soin de leur petit garçon Nicolah (4 ans et demi) et de leur petite Elodie (2 ans et demi), un cadeau surprise qui est venu chamboulé leur quotidien bien rempli… d’amour.

Des débuts difficiles

Fin 2011, Eveline et Wim décident de devenir parents… tout en préparant la reprise du magasin de décoration d’intérieur des parents de Wim. Eveline tombe rapidement enceinte, mais la grossesse tourne malheureusement court. Quelques mois plus tard, Eveline et Wim ont le bonheur d’entendre les battements du cœur du deuxième bébé en cours, mais des saignements dans les jours qui suivent l’échographie les font à nouveau paniquer. Eveline était alors en CDI dans un cabinet de conseil et le verdict allait tomber : repos forcé, allongée pendant 3 mois. « Nicolah est finalement né avec un mois d’avance. Il était magnifique mais les premières semaines ont été un calvaire. », résume Eveline.

Tout en même temps, même un peu trop

La libération arrive lorsque le pédiatre conseille à Eveline d’arrêter l’allaitement, prescrivant rapidement un lait adapté. Eveline : « Nicolah est devenu un autre enfant et j’ai pu prendre le statut d’indépendante, travaillant 7 jours sur 7 avec Wim. » Les journées sont longues, les nuits courtes et le couple jongle avec son planning pour libérer suffisamment de quality time avec Nicolah, qui passe des bras des grands-parents à ceux des tantes et des amis.

Un deuxième enfant ? C’est pas le moment… et pourtant

Eveline était à des années lumières d’envisager de donner tout de suite un petit frère ou une petite sœur à Nicolah. « C’était déjà suffisamment dur comme ça ! Mais là encore, rien ne s’est passé comme prévu », s’amuse-t-elle. En découvrant qu’elle est enceinte, nouvelle panique : comment diable concilier tout ? Heureusement, la grossesse se passe mieux, Eveline redouble d’énergie et continue à s’épanouir dans son travail. Accouchement facile, petite fille en pleine santé et hop ! À peine une semaine plus tard, Eveline reprend son poste, Elodie installée, toute souriante, dans son landau ou dans son écharpe de portage. « Elle était toujours près de moi. Je pouvais continuer à travailler sans problème. Mais j’étais quand même souvent épuisée. »

Quand le grain de sable de la maladie s’invite

Alors qu’elle devait rentrer à la crèche, Elodie a fait une bronchiolite RSV à l’âge de 5 semaines. Sa maman se souvient de la semaine épique passée à son chevet à l’hôpital : « J’y ai installé mon bureau, que je déplaçais même dans la salle de bains pour faire le moins de bruit possible. Ensuite, Elodie est restée très fragile et je n’ai pas eu le cœur de la confier à la crèche. Elle m’a donc accompagnée au travail pendant 4 mois. ». Aujourd’hui encore, Elodie tombe souvent malade. »

Privilégier la qualité à la quantité

Eveline n’échappe pas au sentiment de culpabilité qui étreint les mamans prises par un travail qu’elles aiment. Pour y échapper, elle s’est donné quelques principes : être toujours à la maison le mercredi et prévoir une activité en famille après l’école, manger ensemble tous les soirs et se remettre au travail une fois les enfants au lit. « Parfois, j’ai évidemment des passages à vide. Dans ces cas-là, je regarde mes enfants et je vois qu’ils mènent leur barque avec le sourire. Ils sont heureux. C’est sans nul doute le meilleur des baromètres », conclut-elle.

Indépendante et enceinte/jeune maman : vos droits

Certes plus libre de son temps, l’indépendante a toutefois des droits sociaux moins avantageux que si elle avait un statut de salariée :

  • Repos d’accouchement : 12 semaines à prendre dans un délai de 36 semaines ; 1 semaine de repos obligatoire avant l’accouchement et 2 après.
  • Allocations de maternité : € 467,47 par semaine versés par la mutuelle, à condition d’être en règle de cotisations en tant qu’indépendante/conjointe aidante.
  • Allocation de naissance : € 1 272,52 pour le premier enfant en Wallonie (€ 957,42 à partir du deuxième).
  • Titres-services : 105, soit un montant de € 945.
  • Pensez à l’éventualité de contracter une assurance revenu garanti, qui vous permettrait de percevoir une indemnité si votre médecin vous reconnaît une incapacité de travail due à de graves complications.
Des conseils pour équilibrer vie privée et vie professionnelle à l’arrivée de Bébé ? Retrouvez notre sélection de livres pour les parents dans notre webshop ! Lisez l’histoire complète d’Eveline et sa famille dans le magazine dreambaby.