Jouer, c’est partager

Le jeu a une importance cruciale pour un bébé. En jouant, il apprend à reconnaître les objets et les matériaux, à réfléchir et à établir des liens. Jouer avec d’autres enfants lui fait aussi découvrir la façon dont les personnes interagissent. Pas toujours évident. En effet, quelle attitude faut-il adopter si votre enfant ne veut pas partager ses jouets ?

Jouer ensemble

Pour votre tout-petit, il est très difficile de jouer avec un autre enfant et de le considérer comme une personne à part entière. Il vient juste d’apprendre qu’il est lui-même une personne, dotée d’une volonté propre. Il ne comprend pas encore que les autres voient les choses d’une autre manière. Et vous ne pouvez pas le forcer à tenir compte des autres : il apprendra progressivement à le faire. 

Les petits bouts connaissent très bien le « c’est à moi ». Ce qui complique les choses quand il s’agit de jouer ensemble : ils ne veulent pas partager leur jouet avec un autre enfant. Avec toutes les conséquences liées à ce refus. Il est toutefois possible de leur apprendre à partager, étape par étape.

Partager

« Certains enfants sont de nature très partageuse, d’autres éprouvent plus de difficultés », explique Yana De Meulder, directrice de crèche. « Ils protestent par exemple lorsqu’un camarade s’approprie l’un de « leurs » jeux. Cela dépend notamment de l’existence ou non d’une fratrie mais aussi et surtout du caractère. » 

Yana De Meulder : « Le partage, cela s’apprend. Nous observons les enfants pendant qu’ils jouent et il nous arrive d’intervenir. « Jouer ensemble, c’est partager » est une phrase que nous leur répétons souvent. »

Les bons trucs de notre expert

Yana De Meulder a pas mal de bons trucs et de techniques pour apprendre aux enfants qui fréquentent sa crèche à partager. Elle nous en fait profiter :

  • Pensez à varier : les enfants qui découvrent de temps en temps des nouveautés se disputent moins. Nous reléguons parfois une caisse de jouets dans un placard durant quelques semaines. Quand nous la ressortons, les jouets sont comme neufs aux yeux des enfants. 
  • Plusieurs enfants s’intéressent au même jouet ? Prévoyez un minuteurpour que chaque enfant apprenne à attendre son tour.
  • Une dispute pour un jouet ? Ne vous interposez pas systématiquement. Les enfants doivent apprendre à se disputer et à se réconcilier. Vous pouvez à distance leur rappeler que « jouer, c’est partager ».  
  • Si la dispute perdure, essayez de détourner leur attention en leur proposant un jouet similaire.

Les enfants n’apprennent à partager de manière spontanée qu’à l’âge de 4 ou 5 ans. Expliquez-leur régulièrement l’importance du partage en vous adaptant à leur niveau. Limitez-vous à quelques phrases car ils ne peuvent se concentrer sur un long discours. Si votre enfant éprouve des difficultés à partager, incitez-le à le faire car un enfant qui n’apprend pas à partager, ne le fera jamais spontanément et deviendra un enfant gâté. 

Sur notre page Facebook, nous vous avons demandé si vos enfants étaient de nature partageuse ou pas. Voici quelques-unes de vos réactions : 

Nele : « Ma fille de 19 mois ne veut rien partager. Lorsqu’elle s’amuse avec le seau d’un autre enfant, elle se met en colère si celui-ci souhaite le récupérer. Je dois sans cesse la réprimander. Si on ne leur apprend pas à partager, les enfants deviennent des adultes égoïstes. »

Lindsey : « J’ai un peu de mal avec l’idée qu’on est obligé de partager. Notre fils partage quand il le souhaite. Lorsqu’il le fait, je le félicite. Mais je ne veux pas le forcer à tout partager. Je lui laisse le choix. S’il veut partager (la plupart du temps), il peut le faire. Mais s’il s’amuse avec un jouet que d’autres enfants convoitent, ces derniers peuvent attendre pour l’avoir. Les enfants doivent comprendre qu’ils ne peuvent pas tout avoir tout de suite. »

Shana : « Notre fils de 20 mois partage souvent et spontanément. Il est même parfois trop généreux car il va jusqu’à partager ses biscuits et à se retrouver sans rien pour lui. »

Liesbeth : « Notre fille aînée de 4 ans a des affaires qui n’appartiennent qu’à elle et avec lesquelles sa sœur de 1 an ne peut pas jouer. Nous leur avons appris de manière ludique que tous les autres jouets étaient aussi bien à l’une qu’à l’autre et qu’elles devaient les partager. Si une dispute éclate, nous confisquons les jouets pour toutes les deux. »

Silke : « Mes enfants ne sont pas obligés de tout partager. Certaines choses sont leur propriété exclusive. S’ils jouent avec leurs jouets, ils n’ont pas à les céder à un autre enfant. »

Nele : « Notre fille veut toujours tout partager avec son père et moi. Elle nous propose d’elle-même un morceau de son biscuit. Avec les autres enfants, c’est une autre histoire. À la crèche, elle a appris à s’imposer lorsqu’elle veut s’amuser avec un jouet. »

Debbie : « Au début, mon fils de 21 mois avait du mal à partager avec sa sœur de 6 mois. Maintenant, cela va mieux : il sait que s’il refuse de prêter un jouet, je le confisquerai tout simplement. »

Nathalie : « Ma fille de 21 mois est très gentille et attentionnée. Tout le monde a droit à un morceau de son biscuit et peut jouer avec ses jouets. Elle se plierait en quatre pour sa petite sœur de 4 mois. »

Carine : « Mon fils n’a aucune difficulté à partager, à l’exception d’un jouet auquel il est particulièrement attaché. Nous respectons ce choix et interdisons à ses petits frères d’y jouer. »

Jouer, c’est partager. Mais pourquoi le jeu est-il si important ? Découvrez ce que le jeu apporte à votre enfant.