Jouer dehors : la recette miracle pour un enfant au top

Deux fois moins d’enfants qui jouent dehors qu’il y a 20 ans, alors que 80 % adorent ça ! La faute à la pénurie d’espaces extérieurs qui se prêtent au jeu, au trafic et à une conscience accrue des dangers (chez les parents). Pourtant, jouer à l’extérieur permet à l’enfant, dès son plus jeune âge, de vivre de nouvelles expériences hors de son cocon, en criant, en roulant vite à vélo et en ayant l’horizon comme seule limite à son imagination.

Côté nature

Non, le monde qui entoure l’enfant ne peut pas se cantonner à ses 4 murs, même si l’écran de la TV, de l’ordinateur, de la tablette ou du GSM peuvent l’emporter en un claquement de doigts. Le monde se touche et se regarde en vrai. L’écorce toute fraîche que l’on ramasse, les bourgeons qui ont l’air si doux, la carotte qui ne pousse pas dans un sachet mais bien sous terre. Cette terre qu’on laisse filer entre ses doigts, qui tache un peu mais ce n’est pas grave. 

Des études montrent que les enfants perdent contact avec la nature lorsqu’ils passent trop peu de temps dehors… Or si on ne connaît pas la nature, on ne la comprend pas et on ne peut pas la protéger. Et on se coupe de bien des choses à savourer ! 

Côté santé

Pour devenir un adulte en bonne santé, un enfant devrait bouger de façon assez intensive au moins 1 heure par jour. C’est bien simple, un enfant qui joue régulièrement dehors :

  • améliore sa résistance aux maladies (en étant en contact avec les agents pathogènes nécessaires au développement de son système immunitaire)
  • se remet plus facilement des maladies
  • fait le plein de vitamine D qui renforce les os (moins de risques de fractures) et les dents
  • reçoit ses doses de lumière et d’oxygène, indispensables à la formation de ses cellules
  • ont moins de risque de devoir porter des lunettes parce qu’ils focalisent plus souvent leur regard sur l’horizon, ce qui stimule leur acuité visuelle
  • voient leur sécrétion de dopamine stimulée par la lumière naturelle, ce qui protège leurs globes oculaires d’éventuelles déformations

Côté socialisation

Rencontrer d’autres enfants au hasard et jouer avec eux, c’est apprendre à communiquer, partager et négocier. Les enfants s’unissent, s’opposent, établissent leurs propres règles. Confrontés à la victoire et à l’échec, ils développent leur capacité de compassion, la flexibilité et comment tenir compte des autres, voire se disputer. Autant de compétences plus qu’utiles pour plus tard, et un risque d’isolement social qui s’éloigne.

Côté développement psychomoteur

Dehors, on est libre de repousser ses limites et de s’exercer à l’infini. Et c’est valable pour une multitude de compétences : courir, grimper, sauter, glisser, lancer, attraper, taper dans un ballon, se balancer, se pencher, etc. L’exercice physique lié au jeu accélère tant le développement de la motricité globale que de la motricité fine. 

Côté concentration et créativité

L’air extérieur, chargé en oxygène, pénètre dans le sang et stimule la croissance cellulaire et le développement cérébral. Pour une capacité d’apprentissage optimale. À l’air libre, l’imagination est au pouvoir. La nature ou la rue sont les décors idéaux pour les jeux de rôle, mais aussi pour débrider une inventivité latente qui ne demande qu’à s’exprimer. Un arbre devient une patte de brachiosaure, un tronc se transforme en cou de diplodocus. 

Nos 5 trucs pour le motiver à sortir

Entre 6 et 8 ans, pas trop de problème de motivation : 40 % des enfants qui jouent dehors sont dans cette tranche d’âge, dont 55 % de garçons. Que faire avec les plus timorés ? Ceci :

  1. Même si vous n’avez qu’un balcon, invitez la nature dans la maison en composant par exemple un petit jardin.
  2. Vous êtes son modèle : montrez-lui que vous-mêmes éprouvez du plaisir à l’extérieur (construisez une cabane avec lui) et racontez-lui ce que vous aimiez faire, dehors, quand vous étiez petit.
  3. Réservez des vêtements pour l’extérieur et ne vous fâchez pas s’il les salit.
  4. Rencontrez d’autres parents qui jouent avec leurs enfants, et jouez tous ensemble.
  5. Ne laissez pas vos angoisses, vos craintes prendre le pas : certes, votre enfant prend des (petits) risques. Mais c’est le (petit) prix à payer pour vivre des aventures et devenir indépendant.

Centres de jeu pour le jardin, tricycles évolutifs, tables de jeu pour le jardin, cheval à bascule… Retrouvez tous nos articles dans l’assortiment Jouer de notre webshop.