Le jeu apporte énormément à votre enfant

Jouer ensemble est un plaisir, bien sûr, mais c’est aussi une source d’apprentissage fondamentale. Votre enfant est stimulé à se dépasser constamment. Dans quels domaines votre bébé se développe-t-il en jouant ?

Le jeu fait bouger

Des gigotements incontrôlés aux puzzles, en passant par les découpages… Le jeu améliore la coordination de la vue et des mains. Il a un effet positif sur la psychomotricité globale et ultérieurement sur la psychomotricité fine.

  • Lorsque votre bébé agite ses bras et frappe avec ses pieds, il mobilise ses muscles de façon très intense.
  • Laissez régulièrement votre bébé jouer sur le ventre. Il apprendra ainsi à redresser la tête et à contrôler ses coudes, ses épaules et son buste… avant de rouler, ramper, s’asseoir et plus tard, se tenir debout.

Astuce ! Votre bébé n’aime pas être sur le ventre ? Transformez-vous en tapis de jeu vivant ! Rien n’est plus intéressant ni plus doux que le visage ou le ventre de maman. Couchez-vous avec un coussin sous votre tête, installez votre bébé sur vous et soutenez ses fesses avec la main. Placez ensuite ses coudes sous ses épaules.

  • La prise en main d’un objet  est un bon exercice pour les muscles des épaules, de la main et des doigts. Votre tout-petit apprend à exécuter des mouvements de plus en plus délicats.
  • Marcher, courir, sauter, tomber, se lever… pour repartir de plus belle ! Votre bébé fait preuve d’une ténacité sans bornes et maîtrise de mieux en mieux ses mouvements.

Le jeu stimule la réflexion

Le développement cognitif est omniprésent durant le jeu. Votre bébé apprend à penser logiquement, à mieux mémoriser, à établir des liens, à être créatif et à se concentrer. Son utilisation de la langue progresse elle aussi fortement. Jouer, c’est donc apprendre à plus d’un titre. Votre bambin développe toute une série de compétences et devient de plus en plus indépendant.

  • « Ah, cette voiture roule quand je tire sur la corde ! » Ce type de jeu apprend à votre enfant le lien de causalité.
  • Les jeux de coucou permettent à bébé d’apprendre à reconnaître les personnes ou à mémoriser les objets. En cherchant ensemble un jouet caché, vous lui apprenez que les choses continuent à exister, même s’il ne les voit pas.
  • L’eau mouille, la neige est froide, l’œuf casse… En jouant, votre enfant découvre les propriétés des objets et matériaux.
  • Le jeu permet de prendre conscience de ce que l’on peut faire ou pas avec un objet. Une petite boîte rentre dans une grande, mais pas l’inverse. Une tour peut se construire en plaçant des blocs l’un sur l’autre…

Le jeu permet d’apprendre à gérer les émotions

En jouant, votre bébé se familiarise avec de nombreuses émotions. Le plaisir, la déception quand quelque chose ne fonctionne pas, l’irritation quand un jeu est retiré, la fierté quand il réalise enfin un puzzle tout seul… Toutes ces émotions sont déjà expérimentées par votre enfant, qui découvre par ailleurs que d’autres éprouvent aussi des désirs et des émotions. Il apprend progressivement ce qui est permis ou non. Quelles sont les règles du jeu. Et quelles conventions il doit respecter.

  • Confrontez votre enfant à des limites claires durant le jeu. Il est permis de dessiner sur une feuille, mais pas sur le papier-peint.
  • En jouant, votre bébé apprend que certaines choses sont interdites. Par exemple, casser un jouet ou faire mal à d’autres enfants.

Le jeu apprend à entrer en relation avec les autres

Au début, votre enfant est fort centré sur lui-même et n’implique pas souvent les autres dans son jeu. Les choses évoluent vers deux ans. Votre enfant s’intéresse alors davantage aux autres et à ce qu’ils font. Mais surtout dans son propre intérêt. Est-ce que je peux, moi aussi, jouer à ça ? Est-ce que j’aimerais aussi avoir ce jouet ? Le jeu « côte à côte » l’emporte encore sur le jeu collaboratif. Mais c’est une étape importante dans le développement social. Les enfants observent, imitent et apprennent énormément. 

C’est vers trois ans qu’un enfant commence à intégrer les autres dans ses jeux. Votre bambin se fait des amis à l’école… Des amitiés qui restent encore souvent émaillées de conflits, votre enfant ne comprenant pas encore toujours très bien que jouer ensemble, c’est partager.

  • Les jeux de langage aident votre enfant à apprendre à parler. Chanter ensemble ou réciter des poèmes est à la fois un plaisir et une source d’apprentissage.
  • Un enfant prend plaisir à imiter les adultes. Stimulez les jeux imaginaires et les jeux de rôle : ils apprennent à votre enfant comment les grandes personnes entrent en relation et comment se comporter plus tard dans des situations spécifiques.

Tout le monde dehors !

Une balade dans les bois, un bricolage dans le jardin… Limitez l’utilisation de la TV, de l’iPad et de l’ordinateur en incitant votre enfant à jouer dehors. C’est tout profit pour sa débrouillardise et sa créativité. Et rien n’est plus sain ni plus bénéfique à son développement.

  • Santé : les enfants qui jouent dehors sont moins souvent malades et courent moins de risques d’obésité.
  • Développement moteur : jouer dehors, c’est bouger à coup sûr, ce qui favorise le développement musculaire et la dextérité.
  • Développement cognitif : transformer une branche en canne, utiliser le chapeau d’un gland comme flûte enchantée… Les jeux extérieurs stimulent la créativité et la résolution de problèmes.
  • Développement social : on ne joue jamais dehors tout seul. Et les bêtises se commettent à plusieurs… Il faut bien que jeunesse se passe, non ?

​En collaboration avec : Playgro

Playgro est une marque innovante de jouets pour Bébé. Leurs jouets stimulent les sens et l’imagination et développent la motricité globale et fine. Grâce au guide « Age for Stage », les parents choisiront le bon jeu pour son développement.