Rester à la maison pour s’occuper des enfants : comment faire ?

Nicolas (33 ans) et Lynda (31 ans), papa et maman de 4 enfants, ont décidé d’aborder la parentalité d’une autre façon. Papa s’occupe des enfants, et Maman va travailler. Une décision mûrement réfléchie qui leur convient à tous les deux.

Lynda : « Nous évoquions l’idée depuis le début. Quand Noa, notre aîné, est né, nous avons décidé de le mettre à la crèche. J’ai commencé à retravailler dans un nouveau service, et j’essayais de me concentrer sur mon travail. Impossible ! J’angoissais, je regardais tout le temps ma montre, je pleurais tous les jours… Nous n’avions pas choisi de faire un enfant pour le confier à un inconnu ! ». Lynda était passionnée par son emploi d’infirmière, tandis que Nicolas avait des contrats d’ouvrier à durée déterminée. Le choix a été vite fait ! Nicolas resterait à la maison pour s’occuper des enfants. Ce qu’il n’a absolument pas vécu comme une contrainte. 

Nicolas : « J’ai décidé de m’occuper des enfants pour pouvoir en profiter au maximum et les voir grandir et se développer. Financièrement, c’est un peu plus compliqué : je suis père au foyer, et donc dépendant de Lynda. Mais personnellement, c’est incroyablement enrichissant ! »

Nicolas a abandonné son travail, mais il existe d’autres manières de s’occuper de ses enfants tout en gardant son emploi. Par exemple en restant périodiquement à la maison : à mi-temps ou à temps partiel.

Crédit-temps et interruption de carrière

Le crédit-temps et l’interruption de carrière (tout comme le congé parental) vous permettent en tant qu’employé de réduire partiellement, voire d’interrompre complètement, votre travail pendant une période donnée. Vous pouvez en faire la demande pour n’importe quelle raison. Comme par exemple vous occuper de votre/vos enfant(s). Vous n’êtes pas tenu de justifier votre demande auprès de votre entreprise. Le crédit-temps concerne les employés du secteur privé, tandis que l’interruption de carrière est accessible au secteur public.

Plus d’informations ? Surfez sur www.onem.be

Comment introduire une demande ? Plus d’infos en vidéo.

Congé parental

Le congé parental vous permet aussi de rester un moment à la maison pour vous occuper des enfants. Ce système permet aussi bien à la maman qu’au papa de rester à la maison suite à une naissance ou une adoption, tant que l’enfant est âgé de moins de 12ans. Dans le secteur privé, voici comment demander ce congé :

  • Tout travailleur à temps plein ou à temps partiel peut interrompre son travail entièrement pour une période de 4 mois : cette durée peut être divisée en plusieurs sessions d’un mois.
  • Tout travailleur à temps plein peut travailler à mi-temps pour une période de 8 mois : ces 8 mois peuvent être divisés en sessions de 2 mois chacune.
  • Tout travailleur peut réduire ses prestations d’1/5e pour une période de 20 mois. Cette durée peut être divisée en périodes de 5 mois chacune.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire l’information complète disponible sur le site de l’ONEM. (http://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t19)

Répartition des congés parentaux

Durant votre congé parental, l’ONEM vous paie un revenu de remplacement. Les montants totaux nets sont les suivants :

  • Lors de l’interruption totale d’un emploi à temps plein : € 707,08/mois
  • Lors d’une réduction de vos prestations à temps plein pour un mi-temps : € 329,92/mois
  • Lors d’une réduction de vos prestations à temps plein d’1/5 : € 110,57/mois, € 148,70/mois pour les travailleurs isolés

Au moment où vous prenez votre crédit-temps, votre interruption de carrière ou votre congé parental, le gouvernement wallon est susceptible de vous offrir une prime d’encouragement.

Pour plus d’informations, notamment sur la retenue d'impôt sur ces paiements, rendez-vous sur 
http://www.onem.be/fr/documentation/feuille-info/t19#pdf-hide-source.

Le train en marche

Selon l’ONEM, le nombre de travailleurs qui restent partiellement à la maison a augmenté en 2015. Durant le 3e trimestre, le nombre de personnes prenant un crédit-temps a augmenté de 6,9 % par rapport à la même période l’année précédente. L’interruption de carrière a elle augmenté de 3,5 %.
D’où vient cette popularité ? Selon l’ONEM, les gens préfèrent prévenir que guérir : cette augmentation est principalement le résultat d’effets anticipés sur de nouvelles réglementations plus strictes. Ce qui veut dire que les travailleurs craignent que les propositions du gouvernement se durcissent, et prennent leur congé dès maintenant, tant qu’ils sont sûrs de pouvoir le faire.