Tout ce qu’une sage-femme peut faire pour vous

Vivons 24 heures de la vie de Caroline Van Doninck (36 ans), experte dreambaby2, sage-femme indépendante depuis 2011 et maman de Sander (11 ans), Emma (9 ans) et Fien (3 ans). Du matin au soir, face à vous ou par écran interposé, une oreille attentive pour les jeunes mamans, et des compétences aussi diversifiées que parfois insoupçonnées.Vivons 24 heures de la vie de Caroline Van Doninck (36 ans), experte dreambaby2, sage-femme indépendante depuis 2011 et maman de Sander (11 ans), Emma (9 ans) et Fien (3 ans). Du matin au soir, face à vous ou par écran interposé, une oreille attentive pour les jeunes mamans, et des compétences aussi diversifiées que parfois insoupçonnées.

La sage-femme indépendante du 21e siècle, une femme orchestre

Beaucoup pensent qu’une sage-femme assiste le gynécologue lors d’un accouchement ou travaille dans une maternité. « Et pourtant, c’est beaucoup plus que ça ! », s’amuse Caroline.

Ce que (trop) peu de monde sait, c’est qu’une sage-femme :

  • est aussi compétente qu’un gynécologue au niveau médical : « Tout comme aux Pays-Bas, une sage-femme peut suivre une grossesse, un travail, un accouchement et un enfant, jusqu’à l’âge d’un an, de manière totalement autonome. Une sage-femme diplômée maîtrise la procédure à appliquer pour gérer des situations à haut risque, par exemple lorsqu’un accouchement a été difficile et suivi d’importantes pertes de sang ». Les sages-femmes suivent chaque année des formations pour se tenir informées des directives médicales les plus récentes.
  • assure un accompagnement personnalisé tant sur le plan médical qu’affectif : accouchement à domicile ou à l’hôpital avec une personne de confiance, soutien et conseils à tout moment pour jeune maman.
  • peut élargir sa gamme de prestations. C’est le cas de Caroline Van Doninck :
    • Formation en sophrologie
    • Organisation d’ateliers de massage pour bébés
    • Lancement d’un café pour mamans (avec bar pour papas !)

« Par contre, j’ai décidé de ne plus faire d’accouchements. Cela demande une grande disponibilité qui n’est pas compatible avec ma vie de maman de 3 enfants ! », explique-t-elle. 

Avant 9 h : déjà disponible

  • Pendant le petit déjeuner, Caroline relève sa boîte mail et vérifie qu’il n’y a aucune urgence parmi ses patientes.
  • A peine habillée, 1er coup de fil paniqué : Julie, une jeune accouchée qui vient de sortir de l’hôpital ne parvient pas à allaiter son bébé et demande qu’elle passe. « Je garde toujours un créneau ouvert en début de matinée pour ce type d’urgence. »

9 h : la consultation « 3 jours après l’accouchement »

Chez Julie, Caroline observe la jeune maman qui, après une nuit difficile, avec les seins tendus et un bébé qui ne veut pas prendre le sein, se plaint d’un mal de crâne persistant. Elle l’ausculte : ventre, utérus, tension artérielle (basse). Au-delà de ce suivi médical, elle la coache : elle la rassure, propose de faire une nouvelle tentative avec elle, envoie Julie prendre une douche pendant qu’elle s’occupe du bébé. « Un peu de tranquillité fait des merveilles : ses seins sont plus souples au toucher et ne sont plus engorgés. Je lui donne mes conseils pour la mise au sein… ça marche ! Je reste encore un peu pour m’assurer que tout va bien ». 

10 h 30 : rassurer les patientes, y compris à distance

« En avance à l’école de sages-femmes où j’enseigne, je réponds aux questions par e-mail ou SMS de mes patientes. Une maman s’inquiète de petits points blancs sur le visage de son bébé. Elle m’envoie une photo via Whatsapp, c’est simplement de l’acné du nourrisson. Je la rassure et lui promets d’examiner cela lors de notre rendez-vous du lendemain. Ma mission consiste souvent à vérifier que tout est normal. S’il y a le moindre risque, j’adresse ma patiente à un médecin ». 

15 h : pause famille mais toujours en veille

Quality time avec la petite, devoirs avec les grands, « j’ai l’impression d’être une pieuvre, d’avoir 8 bras ! J’appelle Tom, mon mari, pour lui rappeler d’être bien à l’heure à la maison étant donné que j’ai encore des consultations. »

18 h 15 : consultation au cabinet privé « préparation à l’accouchement »

« J’explique à un couple les différentes phases de l’accouchement, les positions à adopter, comment pousser. Mais aussi le rôle du futur papa et je leur fais faire des exercices de relaxation ». La séance prend une autre tournure et Caroline doit prendre une décision littéralement vitale : « La jeune femme, enceinte de 35 semaines, me semblait un peu absente et se frottait la région du foie en se plaignant de maux de tête. Elle se dit ‘juste’ fatiguée mais je lui prends sa tension. 18-11 : c’est trop ! Je fais un test d’urines qui révèle la présence de protéines. Taches noires devant les yeux, picotements entre les doigts… Elle fait de la rétention d’eau. L’ensemble des symptômes me fait craindre un syndrome HELLP, une complication de la pré-éclampsie. J’explique au mari que Bébé et Maman sont en danger. La petite Estelle est venue au monde 2h plus tard par une césarienne pratiquée en urgence… ». 

19 h 15 : consultation « soins » chez une patiente

En matinée, Caroline a fixé un rendez-vous pour vérifier la cicatrice d’une césarienne et enlever les points de suture. « Une sage-femme s’occupe donc aussi de soigner les plaies. Ici, rien à signaler. J’ausculte Maman et Bébé, réponds aux nombreuses questions. J’indique à ma patiente que, oui, son amie qui a un abcès au sein peut m’appeler pour que je la soigne ». 

20 h : consultation « 6 semaines après l’accouchement »

Visite de suivi avec Yasmina, qui avait contacté Caroline lorsque son bébé avait 1 semaine : il était amorphe et ne buvait pas assez. « J’ai tout de suite vu qu’il était trop vêtu et qu’il y avait beaucoup trop de chauffage. C’est totalement déconseillé dans le cadre de la prévention de la mort subite du nourrisson. Selles trop sèches, hydratation en berne, sous-alimentation… j’ai vite appelé le pédiatre de l’hôpital qui, après examen, l’a admis au service Pédiatrie. Tout s’est arrangé en quelques jours. Rien ne serait probablement arrivé si j’avais suivi ce bébé dès son retour à la maison…». 

Coussinets thermiques d’allaitement, ceinture post-césarienne, pèse personne maman-bébé… Retrouvez tous nos articles dans l’assortiment Maman de notre webshop.